N.B) Pour diffuser ou recevoir des demandes d'échanges, des nouvelles philatéliques,...
prière s'inscrire ici



2ème Salon du Collectionneur de Tlemcen

lundi 12 septembre 2011

Parcours amoureux sur un jeu d'échecs ( à ne pas confondre avec Échecs amoureux)

Lors de leur apparition en Europe, les échecs, qui se jouent alors aux dés et pour de l'argent, sont fortement condamnés par l'Église. Pourtant, à partir de 1200, la popularité croissante du jeu force l'Église, comme le cas des préservatifs maintenant, à revoir sa position. Les ecclésiastiques entreprennent alors une moralisation des échecs sous la forme de traités allégoriques. Le premier de ces traités, "Innocente Moralité", attribué à Innocent III, pape de 1198 à 1216, exerce une influence prépondérante sur les membres du haut clergé. Il influence également les auteurs de moralités comme ce moine dominicain, Jacques de Cessoles, qui propose chaque dimanche des prêches s'inspirant du jeu d'échecs qu'il compila vers 1313 par écrit. Le jeu d'échecs sert de base à l'instruction civique des jeunes aristocrates, qui prennent ainsi connaissance des différentes catégories de la société médiévale symbolisées par les pions.
Vers 1400, Évrart de Conty compose en prose le Livre "Les échecs amoureux" se présentant comme le commentaire d'un poème allégorique inspiré du "Roman de la Rose". Utilisant la symbolique des dieux antiques et du jeu d'échecs, Évrart de Conty relate le parcours initiatique d'un jeune prince, "l'Acteur", et traite ainsi "des mœurs et du gouvernement de la vie humaine".
Au terme de sa quête, l'Acteur rencontre une jeune
demoiselle avec laquelle il prend place autour de l'échiquier symbolique. À chacun des partenaires sont attribuées des pièces représentant autant de qualités ou de comportements relatifs à l'amour courtois.
Ce manuscrit, chef-d'œuvre de l'enluminure flamande du XVe siècle, inclue vingt-quatre peintures, œuvre du Maître d'Antoine Rollin dont "La Dame aux cygnes" ou "Allégorie de la musique" reproduite sur un timbre émis par la poste française présent sur cette jolie Carte Maximum envoyée par Daniel(Merci):


Le timbre,émis en avant première le 13/01/1979 (oblitération à Paris), illustre la gente dame (l’héroïne) qui a un visage jeune malgré ses 600ans d'age, assise sur deux cygnes. Le carrelage, quant à lui, reprend le motif des cases du jeu d'échecs.


- Cette carte philatélique est une conception de l'édition "P.I Paris", document fourni par B.N. Le tout sous l'oeil vigilent de l’association des Maximaphiles Français (M.F)".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire